Conférence « De Babylone à Gilles Clément, petite histoire de l’art des jardins »

jeudi 24 mai

Saint-Jean-de-Maurienne

par Geneviève GAUFILLET, professeur honoraire d'histoire

Les jardins sont des miroirs du monde, de ses mythes et de ses modes. Composés de terre et de temps, il représentent le cycle de la vie. Symboles d’une quête du paradis, soumis à des contraintes biologiques, topographiques et climatiques, ils dépendent également de facteurs politiques, sociaux, économiques et techniques. Nous débuterons notre parcours par l’évocation des jardins de Babylone et ceux peints sur les murs des tombes égyptionnes et des maisons de Pompéi. Avec les monastères chrétiens les jardins deviennent des lieux de contemplation et de rédemption, alors que ceux des châteaux sont la source de plaisirs terrestres. La conquête arabe multiplie les jardins où l’eau occupe une place essentielle. C’est en Italie que la Renaissance produira les plus belles réalisations. Le XVIIe siècle verra la naissance du jardin à la française, puis les Anglais créeront des espaces plus naturels et romantiques. Le développement des villes au XIXe siècle amènera la naissance des parcs publics, de l’horticulture et du jardin paysager. Les jardins mixtes fleuriront ensuite pour déboucher auourd’hui sur la notion de jardin planétaire forgée par Gilles Clément. Il ne nous restera plus, comme Candide, qu’à cultiver notre jardin…

Ouverture

Jeudi 24 mai 2018 à 18h.

Tarifs

Gratuit.